Aula orizzontaleEn le 6 de May 1565 le chapitre provincial des Pères du Carmel en Sicile , en se réunissant à Caltanissetta , à décidé de construire une maison de l’ordre à Carini et , en 8 septembre de la même année , a nominé Père Giuliano prieur de la nouvelle fondation. Antonio Del Bosco de Trapani , frère du Convent de Saint Albert , a commencé les travaux de construction du Convent du Carmel de Carini près de l’église de Marie SS. Du Mont Carmel déjà existante . Frère du puissant Vincenzo del Bosco , plusieurs fois préteur de Palermo et intime parent de la famille La Grua Talamanca , il réussi à créer en 1566 une colonie des confrères dans le baronnage ,aidé par la munificence de son cousin Vincenzo II La Grua Talamanca seigneur de Carini et , renoncent à être prieur du Convent de Trapani , il s’établi à Carini en vivent dans le Convent comme prieur : « ….. fundator egregius huius aedificium ….munificentia adiutus baronis domini Vincentii La Grua consobrini sui …..cun fratribus eiusdem cenobii convivere decrevit…. », comme encore aujourd’hui on peut lire en bas du portrait de frère Antonio qui se trouve dans la sacristie du convent. Chiostro 2010Selon une ancienne tradition de Carini , et pour ça raconté en quelque verse du petit poème sur l’Amaru caso della Barunissa di Carini , il semble que c’était lui-même à parler à don Cesare Lanza de la relation que sa fille avait avec Ludovico Vernagallo. La munificence du La Grua Talamanca et d’autres importantes personnes a porté à la construction du convent , en constituent en cette manière avec des rentes et des legs un des convents parmi les plus riches et grands de Carini. Avec l’acte notarié rédigé par le notaire Vincenzo Lo Vecchio de Carini en date 24 May XV indiction 1572 , le baronne Vincenzo II La Grua Telamanca Manriquez donnait à « Novissimi fundati Conventus ordinis carmelitanorum sub tituli Virginis Carmeli » des maisons qui se trouvaient dans l’espace où se trouve l’église d’aujourd’hui , un jardin où construire les chambres du dortoir , et plusieurs autres legs .Le plus grand splendeur du Convent on le rejoint pendent la fin du 1600 , quand Matteo Orlando de Carini ,évêque de Cefalù et plusieurs fois Supérieur General du Carmel , en signe de reconnaissance et de respect de ses origines , Fra Antonio del Boscoil décide de l’enrichir encore : le convent est agrandi avec la réalisation du cloître , au centre du quelle on place une élégante fontaine en style baroque et avec les insignes épiscopal . L’église est agrandi et elle reçoit toiles importantes , ornements sacerdotaux en brocart et filigrane en or et en argent ,reliques des plusieurs Saints ,précieux argents et , enfin on réalise un splendide orgue avec la casse en bois qui se trouve derrière le maître-autel . Santi Cosma e Damiano 2En 1860 le convent devient la siège des Comitats révolutionnaire qui préparent la révolution contre les Bourbons ; dans les cellules des frère Domingo de Trapani et de frère Pastorelli de Terrasini les conspirateurs de Carini se réunissaient en une place en sécurité : Antonino Curreri , les Frères Di Benedetto , Pietro Tondù et Rosolino Pilo fomentaient le peuple et recrutaient des picciotti pour la révolution du 4 avril de la Gancia. Après ces faits épiques et glorieux , le Convent a eu la même sorte que les plusieurs biens de l’église sicilienne , il fut supprimé et il est devenu le siège du tribunal de première instance et caserne de Carabinieri. Le cloître a une plante rectangulaire , avec 6 arcades aux côtes et 5 à l’entrée et en face. Pour mettre en évidence sa beauté au centre on trouve une belle fontaine baroque . Encore en sa structure on peut voir : la salle capituler et le réfectoire du Convent , la cuisine , le grand escalier d’entré à l’étage supérieur et une arcade à trois arcs en face de l’entré. Derrière on trouve le jardin du Convent , avec une splendide terrasse sur la rue en bas en fer battu ; de grand importance c’est aussi le clocher d’origine avec une flèche et rénové en 1758 en style baroque , et entre les harmonieuse cloches on peut distinguer pour son particulaire son la plus grande qu’on appelle « a brocca ò Carminu ».

Mons Matteo Orlando